Une question ? Appelez nous ou envoyez nous un SMS au 07 57 69 12 25

Les inconvénients du désherbage mécanique : ce qu’il faut savoir

chateau haie et allées gravier

Les inconvénients du désherbage mécanique : ce qu’il faut savoir

Le désherbage mécanique est une méthode de lutte contre les mauvaises herbes qui fait appel à des équipements agricoles pour arracher, couper ou enfouir les plantes indésirables. Cette technique présente plusieurs avantages, notamment en termes d’économie d’énergie fossile et de respect de l’environnement. Cependant, elle n’est pas exempte d’inconvénients, en particulier dans le monde agricole. Découvrons les difficultés et limites rencontrées lors de la mise en œuvre du désherbage mécanique par les agriculteurs.

Faible sélectivité des méthodes de désherbage mécanique agricole

Un des défauts du désherbage mécanique réside dans sa piètre sélectivité. Cette technique permet difficilement de distinguer entre les cultures utiles et les mauvaises herbes. L’action des machines peut abîmer ou détruire certaines plantes utiles entraînant une perte de rendement pour l’agriculteur.

Impact sur les cultures étroites

Pour les cultures en rangs étroits comme légumes ou céréales le désherbage mécanique peut être particulièrement délicat. Les outils risquent d’endommager les plants voisins ou de provoquer un « élagage » involontaire du système racinaire. Ces cultures nécessitent un suivi rigoureux et une sélection précautionneuse des outils de désherbage.

Manque d’efficacité sur certaines espèces de mauvaises herbes

Le désherbage mécanique présente l’inconvénient de ne pas être efficace contre toutes les espèces de plantes indésirables. Certaines mauvaises herbes notamment celles dont le système racinaire est difficile à atteindre ou qui ont une croissance rapide peuvent difficilement être éliminées de manière satisfaisante par cette méthode.

Limites face aux adventices vivaces

Les adventices vivaces tels que le chiendent ou la renouée du Japon sont un vrai défi pour le désherbage mécanique car elles possèdent des structures souterraines complexes : arracher ces plantes sans les fragmenter demande un effort important et régulier qui peut constituer une charge de travail importante pour les agriculteurs. Certaines espèces sont capables de se régénérer rapidement après une opération de désherbage rendant nécessaire le recours à des méthodes complémentaires.

Dépendance à la météo

Le succès du désherbage mécanique repose en grande partie sur la météo : si le sol est trop humide, les machines auront du mal à le pénétrer et seront moins efficaces pour arracher les mauvaises herbes. À l’inverse, si le sol est trop sec la terre risque de se compacter autour des racines, rendant leur extraction difficile. Il est donc essentiel de choisir le bon moment pour réaliser le désherbage mécanique.

Coût élevé d’achat et à d’entretien des équipements

Bien que le désherbage mécanique permette une réduction notable de la consommation d’énergie fossile, notamment en limitant le recours aux herbicides chimiques, il implique un investissement important en termes de matériel. Les outils spécifiques (bineuses, houe rotative, herse étrille…) représentent un coût non négligeable tant pour l’achat que pour l’entretien et / ou réparation.

Nécessité de disposer d’un parc machine adapté

Pour être efficace, le désherbage mécanique nécessite de s’appuyer sur un parc de machines performantes : bien prendre en compte les dimensions et caractéristiques du sol à travailler comme la présence de gravier ou la nature du terrain. Ceci peut amener les agriculteurs à adapter leur matériel ou à investir dans plusieurs équipements spécialisés, en fonction des besoins de leurs cultures.

Risque d’érosion du sol et dégradation de sa structure

L’une des préoccupations majeures liées au désherbage mécanique concerne ses effets potentiels sur la santé et la qualité du sol. Le passage répété des machines peut créer une certaine compaction du sol qui rend difficile la pénétration des racines des cultures et nuit à leur développement ; et certaines opérations de désherbage peuvent provoquer une érosion du sol notamment lorsque le terrain est en pente ou que les conditions climatiques sont défavorables.

Charge de travail et planification des opérations agricoles

Le recours au désherbage mécanique implique souvent une charge de travail plus importante pour les agriculteurs, qui doivent prévoir et réaliser plusieurs passages pour garantir l’efficacité du traitement. Il peut également être nécessaire de jongler avec différentes opérations culturales (semailles, récolte…) afin d’éviter les conflits d’utilisation des machines et de respecter les contraintes phytosanitaires.